Forum du clan [DeuS] de Bloodwars UT1
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire sans fin...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Cyradis

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 50
Localisation : Le Havre

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Dim 23 Mar 2014 - 12:51

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots
Revenir en haut Aller en bas
CaNadre

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 32
Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Dim 23 Mar 2014 - 17:39

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler
Revenir en haut Aller en bas
Cyradis

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 50
Localisation : Le Havre

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Lun 24 Mar 2014 - 18:48

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures
Revenir en haut Aller en bas
LuigiP

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 37
Localisation : près de Nantes

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Mar 25 Mar 2014 - 9:24

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là.
Revenir en haut Aller en bas
CaNadre

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 32
Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Mar 25 Mar 2014 - 18:40

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent
Revenir en haut Aller en bas
Cyradis

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 50
Localisation : Le Havre

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Jeu 27 Mar 2014 - 20:30

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice.
Revenir en haut Aller en bas
CaNadre

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 32
Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Sam 29 Mar 2014 - 10:54

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna
Revenir en haut Aller en bas
Cyradis

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 50
Localisation : Le Havre

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Dim 30 Mar 2014 - 21:53

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête
Revenir en haut Aller en bas
CaNadre

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 32
Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Mar 1 Avr 2014 - 21:40

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots,
Revenir en haut Aller en bas
Cyradis

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 50
Localisation : Le Havre

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Mer 2 Avr 2014 - 9:43

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots,de la lave.
Revenir en haut Aller en bas
LuigiP

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 37
Localisation : près de Nantes

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Mer 2 Avr 2014 - 14:18

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots,de la lave. "Ce n'est rien que
Revenir en haut Aller en bas
Cyradis

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 50
Localisation : Le Havre

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Ven 4 Avr 2014 - 16:00

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots,de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre" pensa-t-il
Revenir en haut Aller en bas
LuigiP

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 37
Localisation : près de Nantes

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Sam 5 Avr 2014 - 6:37

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.
Revenir en haut Aller en bas
CaNadre

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 32
Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Sam 5 Avr 2014 - 15:26

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre
Revenir en haut Aller en bas
Cyradis

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 50
Localisation : Le Havre

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Sam 5 Avr 2014 - 18:49

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre , cela lui donna un  
Revenir en haut Aller en bas
CaNadre

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 32
Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Dim 6 Avr 2014 - 17:23

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre , cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits
Revenir en haut Aller en bas
solveig

avatar

Messages : 276
Date d'inscription : 12/05/2010

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Lun 7 Avr 2014 - 20:58

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre , cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

J'ai faim se dit-il soudain
Revenir en haut Aller en bas
LuigiP

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 37
Localisation : près de Nantes

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Mer 9 Avr 2014 - 6:16

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre , cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet.
Revenir en haut Aller en bas
CaNadre

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 32
Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Mer 9 Avr 2014 - 13:54

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre , cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche
Revenir en haut Aller en bas
Cyradis

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 50
Localisation : Le Havre

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Jeu 10 Avr 2014 - 15:56

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre , cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche , en sorti un quignon de pain
Revenir en haut Aller en bas
LuigiP

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 37
Localisation : près de Nantes

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Jeu 10 Avr 2014 - 16:27

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre, cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche, en sortit un quignon de pain qu'il engloutit très vite
Revenir en haut Aller en bas
CaNadre

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 32
Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Dim 13 Avr 2014 - 10:52

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre, cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche, en sortit un quignon de pain qu'il engloutit très vite et s'entrucha avec : le pain était sec
Revenir en haut Aller en bas
LuigiP

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 37
Localisation : près de Nantes

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Sam 26 Avr 2014 - 14:02

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre, cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche, en sortit un quignon de pain qu'il engloutit très vite et s'entrucha avec : le pain était sec. Gaspard passa
Revenir en haut Aller en bas
Cyradis

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 50
Localisation : Le Havre

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Sam 26 Avr 2014 - 15:56

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre, cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche, en sortit un quignon de pain qu'il engloutit très vite et s'entrucha avec : le pain était sec. Gaspard passa l'arme à gauche.
Revenir en haut Aller en bas
CaNadre

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 32
Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Dim 27 Avr 2014 - 9:06

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre, cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche, en sortit un quignon de pain qu'il engloutit très vite et s'entrucha avec : le pain était sec. Gaspard passa l'arme à gauche. A ce moment-là une jeune fille s'approcha
Revenir en haut Aller en bas
Cyradis

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 50
Localisation : Le Havre

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Dim 27 Avr 2014 - 12:48

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre, cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche, en sortit un quignon de pain qu'il engloutit très vite et s'entrucha avec : le pain était sec. Gaspard passa l'arme à gauche. A ce moment-là une jeune fille s'approcha son manteau rouge enroulé autour d'elle
Revenir en haut Aller en bas
LuigiP

avatar

Messages : 168
Date d'inscription : 21/01/2014
Age : 37
Localisation : près de Nantes

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Mer 30 Avr 2014 - 8:35

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre, cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche, en sortit un quignon de pain qu'il engloutit très vite et s'entrucha avec : le pain était sec. Gaspard passa l'arme à gauche. A ce moment-là une jeune fille s'approcha son manteau rouge enroulé autour d'elle...



**********************



Gaspard
Revenir en haut Aller en bas
CaNadre

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 32
Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Mer 30 Avr 2014 - 10:15

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre, cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche, en sortit un quignon de pain qu'il engloutit très vite et s'entrucha avec : le pain était sec. Gaspard passa l'arme à gauche. A ce moment-là une jeune fille s'approcha son manteau rouge enroulé autour d'elle...


**********************


Gaspard ouvrit les yeux, tout était sombre autour de lui
Revenir en haut Aller en bas
Cyradis

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 50
Localisation : Le Havre

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Mer 30 Avr 2014 - 15:47

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre, cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche, en sortit un quignon de pain qu'il engloutit très vite et s'entrucha avec : le pain était sec. Gaspard passa l'arme à gauche. A ce moment-là une jeune fille s'approcha son manteau rouge enroulé autour d'elle...


**********************


Gaspard ouvrit les yeux, tout était sombre autour de lui, une odeur de terre fraîchement retournée emplissant l'air
Revenir en haut Aller en bas
CaNadre

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 32
Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Jeu 1 Mai 2014 - 10:24

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre, cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche, en sortit un quignon de pain qu'il engloutit très vite et s'entrucha avec : le pain était sec. Gaspard passa l'arme à gauche. A ce moment-là une jeune fille s'approcha son manteau rouge enroulé autour d'elle...


**********************


Gaspard ouvrit les yeux, tout était sombre autour de lui, une odeur de terre fraîchement retournée emplissant l'air lui parvint aux narines. Il avait froid
Revenir en haut Aller en bas
Cyradis

avatar

Messages : 302
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 50
Localisation : Le Havre

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Jeu 1 Mai 2014 - 16:06

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre, cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche, en sortit un quignon de pain qu'il engloutit très vite et s'entrucha avec : le pain était sec. Gaspard passa l'arme à gauche. A ce moment-là une jeune fille s'approcha son manteau rouge enroulé autour d'elle...


**********************


Gaspard ouvrit les yeux, tout était sombre autour de lui, une odeur de terre fraîchement retournée emplissant l'air lui parvint aux narines. Il avait froid.

"Gaspard ? tu m'entends ?
Revenir en haut Aller en bas
CaNadre

avatar

Messages : 813
Date d'inscription : 11/11/2010
Age : 32
Localisation : Tarn

MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   Dim 4 Mai 2014 - 19:19

Il était une fois un jeune homme plutôt quelconque, et fort maladroit, qui n'avait ni travail ni compagne. Son chapeau était absolument incroyable : le bord recouvert de poils de lapin s'attachait à trois boudins circulaires... Mais pour simplifier disons que c'était ce qui le distinguait des autres mal coiffés.

Gaspard était parmi les hommes, à n'en pas douter, celui à qui l'on pouvait facilement se confier; un gardien des secrets, toujours à l'affût de la moindre personne en détresse, en plus. Et pour cause : il était muet. Mais pas comme une carpe ou un gardon : muet comme peut l'être un mime Marceau.

Il était sur le chemin qui mène au moulin. Il écoutait les oiseaux chanter, le loup hurler, aperçut accroché à un buisson un pan de manteau rouge et un gourdin posé au sol. Il s'arrêta et pensa : "on a enlevé le petit chaperon rouge !" Il hésita, balança entre deux choix : le gourdin ou le pan de manteau ?

"Je repars sur le chemin armé de ce gourdin," estima-t-il en ajustant l'arme sur son épaule et reprenant sa route d'un pas alerte.

Il repéra une série de pas menant à une termitière, vaste cheminée érigée droit vers le ciel. Il examina près de l'édifice un tas d'os à demi rongés, qui d'après leur étrange disposition, étaient les reliquats d'un sacrifice humain.

En y regardant de plus près, les os blanchis par le temps étaient disposés dans un ordre particulier. Un tas d'os disposé en croissant de lune dirigé vers l'orient ! Brandissant son gourdin, inquiet en reconnaissant la signature des adorateurs de la noire Hécate, il effleura l'édifice pour conjurer le mauvais sort.

Concentré sur les mots, il ne remarqua pas que la frêle colonne de la termitière se mettait à trembler, une lumière rougeoyante perçant des fines lignes de fissures çà et là. Des fumerolles couleur de cendre s'élevèrent, obscurcissant le haut de l'édifice. Dans le même temps, un son d'orgue grave résonna, inquiétant Gaspard qui releva la tête et aperçut, jaillissant des fissures à gros flots, de la lave. "Ce n'est rien que le feu de la terre", pensa-t-il, peu impressionné.

Il s'éloigna pour ne pas sentir les vapeurs de soufre, cela lui donna un instant de répit pour reprendre ses esprits.

"J'ai faim", se dit-il soudain, maintenant un peu inquiet. Il fouilla dans sa sacoche, en sortit un quignon de pain qu'il engloutit très vite et s'entrucha avec : le pain était sec. Gaspard passa l'arme à gauche. A ce moment-là une jeune fille s'approcha son manteau rouge enroulé autour d'elle...


**********************


Gaspard ouvrit les yeux, tout était sombre autour de lui, une odeur de terre fraîchement retournée emplissant l'air lui parvint aux narines. Il avait froid. Il était gelé littéralement jusqu'à la moelle
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire sans fin...   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire sans fin...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» L'histoire sans faim
» L'histoire sans fin
» [JEU] L'histoire sans fin ...
» Playset L'Histoire sans fin: La boîte
» Histoire sans fin, une phrase ou un mot par personne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Colère Divine - [DeuS] :: ★ Section publique ★ :: Taverne du Clan-
Sauter vers: